En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

autrêches DANS LA GRANDE GUERRE

La commune d'Autrêches connaît l'invasion allemande dès le 2 septembre 1914. Une partie de ses habitants étant demeurée sur place, les hommes en âge de se battre sont faits prisonniers et déportés en Allemagne.
Lors de la retraite allemande consécutive à la bataille de la Marne, les Allemands se replient derrière l'Aisne sur le plateau du Soissonnais et mettent en oeuvre, avec leurs troupes de réserve, une contre-offensive qui donnera naissance à la course à la mer et à la guerre de position.
Autrêches devient, à partir du 12 septembre 1914, le théâtre de combats dans lesquels des civils auraient pris part. Plusieurs d'entre eux sont arrêtés et passés par les armes.

 
La commune est libérée le 18 mars 1917 suite au repli allemand "Alberich" mais les habitants ont été déplacés, les "bouches inutiles" vers Noyon, les autres à l'arrière des nouvelles lignes.
La commune redevient française pendant une année mais demeure en zone avancée sous contrôle militaire strict.
La commune est de nouveau envahie en juin 1918 mais ses habitants ont eu le temps de fuir sur ordre de l'armée française et dans la crainte de vivre une nouvelle occupation.
La commune est libérée le 20 août 1918.
 

Liste des morts civils pour la commune d'autrêches

Cadot Stanislas François
36 ans. Ce manouvrier est né à Autrêches en 1868. Son épouse, Lucie, née à Morsain en 1876, lui donne trois enfants, Albertine, Daniel et Renée. Le 8 octobre 1914, vers midi, la famille Cadot se réunit dans la cave de la maison située rue de Beaumontoir et fête les 20 ans de la fille aînée Albertine. Près de là est installée une cuisine roulante allemande autour de laquelle se regroupent des soldats. Cette dernière est prise pour cible par l’artillerie française dont un obus blesse d’un éclat un jeune garçon, blesse grièvement la mère et la grand-mère Cadot, et tue les quatre autres membres de la famille. Tué dans sa cave, son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

    

Cadot Daniel
15 ans, né en 1899, fils de Stanislas et de Lucie Cadot. Il est tué dans la cave de sa maison lors d’un bombardement le 8 octobre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

Cadot Marie Albertine
20 ans, née en 1893, fille de Stanislas et de Lucie Cadot. Elle est tuée dans la cave de sa maison lors d’un bombardement le 8 octobre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

Cadot Renée Lucienne
4 ans, née en 1910, fille de Stanislas et de Lucie Cadot. Elle est tuée dans la cave de sa maison lors d’un bombardement le 8 octobre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

Charpentier Geneviève, née Maudoy
Née en 1870 à Paris, elle est la femme du coiffeur-perruquier Adolphe Charpentier et demeure rue Chaude. Elle décède le 16 septembre 1914 à la suite d’un bombardement qui blesse son mari. Selon Rémi Hébert, son corps serait resté au fond de la cour de sa maison pendant plusieurs jours avant de disparaître. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Crépin Gilbert
Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Despierre Gustave dit « Pilate »
Né en 1873 à Lagny-le-Sec, manouvrier, il est l’époux de Léocadie Despierres et habite avec sa nièce Margurerite Gérel rue du Tertre. Il est fusillé par les Allemands le 20 septembre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Foulon Clotilde
Née en 1899 à Noyon, elle est la fille de Suzanne Foulon, journalière née en 1874, demeurant rue d’Autrêches à Chevillecourt. Selon Rémi Hébert, cette jeune fille est tuée d’une balle perdue le 16 septembre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Lefèvre-Clerginet Brice Alberic
62 ans, né en 1853 à Moulin-sous-Touvent, ce cultivateur à Chevillecourt demeure rue d’Autrêches. Propriétaire exploitant, il est l’époux d’Hermine Clerginet et le père de Gontran, né en 1890. Il aurait été fusillé par les Allemands le 12 septembre 1914. Une autre version indique qu’il reçoit, le 13 septembre 1914, un coup de baïonnette dans le ventre par un soldat allemand l’accusant d’avoir fait des signaux aux troupes françaises. Le Progrès de l’Oise du 12 mars 1915 indique qu’il avait donné asile à trois soldats français. Après avoir agonisé toute la nuit, il expire le lendemain matin. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Lefèvre
10 ans, jeune garçon tué par un obus. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Lemoine Dominique
Né en 1849 à Autrêches, il vit chez son fils Ernest et sa famille, rue Chaude. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Lesueur-Leduc Joseph
54 ans, né à Cirancourt en 1861, il demeure rue de l’Aisne avec sa femme Ernestine (née en 1857), ses enfants Augustine, Bernadette, Marthe et Marguerite et sa petite fille Emilie. Journalier agricole chez Zéphir Rollet, il est fusillé par les Allemands à cinq heures le 20 septembre 1914 à Autrêches, au lieu-dit « Le Pont à la Planche ». Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Poisson
Fusillé par les Allemands le 20 septembre 1914.

 

Rollet Louis Joseph Michel
30 ans, né le 2 juillet 1884 à Autrêches, ce cultivateur est le fils de Zéphir Michel Rollet et de Louise Laure Couvert. Il fait son service militaire au 19e Bataillon de Chasseurs à Pieds, 3e Compagnie, à Verdun  du 9 octobre 1905 au 28 septembre 1907, et en ressort avec un certificat de bonne conduite. Il est ensuite passé dans le service auxiliaire (2e section de COA) le 5 septembre 1910 pour « osité scléreuse à gauche » par décision du général commandant la subdivision de Compiègne. Sa femme, Camille, née à Sommières (Aisne) en 1885, lui donne une fille, Laure, née en 1895. Tous habitent chez les parents Rollet, rue du Tertre.
Rappelé à l’activité le 5 août 1914, il est renvoyé provisoirement dans ses foyers le 30 août 1914, jour de l’invasion du département.
De retour dans sa commune, il est passé par les armes par les Allemands le  20 septembre 1914 pour avoir participé aux combats d’Autrêches aux côtés des troupes françaises. Son registre de matricule mentionne « Campagne contre l’Allemagne du 5 au 30 août 1914, Intérieur, resté en pays envahi et décédé le 21 septembre 1914 ». Considéré comme victime civile, il porte néanmoins la mention « mort pour la France » dont la fiche le désigne par erreur sous les prénoms de son père. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

Sevestre Léocadie
Son nom est inscrit comme victimes civiles sur le monument aux morts de la commune.

 
Tempête Léon Auguste
Né en 1861 à Saint-Crépin-aux-Bois, bûcheron chez Lucie Majeux, il demeure en 1911 rue du Tour de l’Eglise avec ses filles Lydie et Augustine et ses nièces Julie et Marie-Louise Manteaux. Il est fusillé par les Allemands le 20 septembre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

  
Vincent Edmond
Né en août 1881, fusillé par les Allemands le 20 septembre 1914. Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

Vincent Emilie Augustine
Née à Autrêches le 19 août 1897, elle est notée réfugiée d’Autrêches à Couloisy où elle décède le 27 octobre 1914 (AD60 – Rp1933).