En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

NÉry DANS LA GRANDE GUERRE

Le 31 août 1914, tandis que les troupes alliées organisent leur retraite au sud de Compiègne, la 1ère Brigade de Cavalerie britannique prend position à Néry pour bivouaquer. Elle est composée de trois régiments de cavalerie - le Queens Bays (2e Dragoon Guards), le Princess Charlotte of Wales’s  (5th Dragoon Guards)  et le Princess Albert’sOwn (11th Hussars) -  et de la batterie L  dit « L Battery Royal Horse Artillery « ,  soit au total  2100 cavaliers et six pièces d’artillerie.
Le lendemain, 1er septembre 1914, vers 5h30, tandis que le brouillard se lève, les troupes anglaises sont pris sous le feu de l'artillerie allemande. De la 4e Division de cavalerie. Placé sous le commandement du général Otto von Garnier, elle se compose de six régiments et d’un escadron d’artillerie, soit 5200 hommes, 12 canons, 5600 chevaux, 200 véhicules et 6 mitrailleuses. Malgré la mise hors de combat d'une partie des hommes, de tous les chevaux et de cinq canons, le feu anglais canon restant commandé par le Capitaine Bradbury et des mitrailleuses permet de tenir à distance les troupes allemandes. Deux charges de cavalerie permettront la prise de 8 canons allemands et de faire 200 prisonniers. Ce fait d'arme, dénommé outre-Manche " l'Affaire de Néry", est considéré comme la première bataille anglaise ayant stoppé la progression allemande et permis la prise des huit canons ennemis. Les Anglais abandonnent cependant le terrain et poursuivent leur retraite.
Les sergents Dorell et Nelson seront décorés de la Victoria Cross. Les artilleurs Darbysire et Osborne recevront la Distinguished Conduct Medal.

Au cours de ce combat, les Allemands se saisissent de vingt-cinq civils (dont le directeur de la sucrerie et maire de la commune, M. Levol, sa famille et ses personnels) et les utilisent comme bouclier humain en les obligeant à marcher devant eux. C'est au cours de cet épisode qu'une ouvrière de la sucrerie, Mme Jansenne, est tuée et que le contremaître M. Courtois est blessé.

Néry est occupé par les Allemands du 1er au 11 septembre 1914.

Liste des morts civils pour la commune de NÉry

Jansenne Mme
36 ans, ouvrière de la sucrerie, tuée le 1er septembre 1914 devant les troupes allemandes par balles anglaises en plaine.
Le tome 1 des Rapports et procès-verbaux d’enquête de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens (1915) relate les circonstances de son décès : « [Le 1er septembre 1914] les Allemands envahirent la sucrerie, qui est située dans une dépendance de la commune. Ils se saisirent du directeur, de sa famille, ainsi que de tout le personnel de l’usine, et pendant trois heures que dura l’engagement, les firent marcher parallèlement à eux, pour se protéger contre la fusillade qui les prenait de flanc. Parmi les vingt-cinq personnes qui furent si dangereusement exposées, se trouvaient des femmes et des enfants. Une ouvrière, Mme Jansenne, fut tuée, et le contremaître Courtois reçut une balle qui lui traversa le bras gauche. A dix heures du soir, l’ennemi revint en force dans le village. Il en partit, après avoir brûlé une maison et avoir opéré un pilage général ».