En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Liste des morts civils pour la commune de Choisy-au-bac

 

Blaise Georges Etienne
Né à Sainte-Vaubourg (Ardennes) le 5 septembre 1878, cet éclusier exerce sa profession à l’écluse du Carendeau sur la rivière Aisne. Il est tué à son poste le 28 mats 1918 par une bombe d’avion allemande. Son nom est inscrit sur le monument aux morts et dans le livre d’or de la commune.

 
 

Delnef Louis Alfred
Né à Avricourt le 28 février 1887, soldat au 102e Régiment d’Artillerie lourde, en permission à Choisy. Son nom est inscrit dans le livre d’or de la commune.

 

Delnef Sylvie Appoline, née Demont
23 ans, ménagère, née le 20 juin 1894 à Saint-Léger-aux-Bois, demeurant comme réfugiée au 1, rue des orfèvres à Choisy-au-Bac, est tuée lors du bombardement de Choisy-au-Bac, dans la nuit du 17 au 18 mai 1918 entre 22 et 24 heures. Son nom est inscrit dans le livre d’or de la commune.

 

Delnef Yvonne Sylvie
4 ans, née le 10 janvier 1914 à Grugies (Aisne), fille de la précédente, réfugiée avec sa mère à Choisy-au-Bac, est tuée lors du bombardement de Choisy-au-Bac, dans la nuit du 17 au 18 mai 1918 entre 22 et 24 heures. Son nom est inscrit dans le livre d’or de la commune.

 

Justice Alfred Eugène Amédée
19 ans, cultivateur, né le 9 décembre 1899 à Choisy-au-Bac, demeuré avec ses parents « pour assurer la marche de l’exploitation agricole ». Il est tué lors du bombardement aérien de Choisy-au-Bac, dans la nuit du 17 au 18 mai 1918 entre 22 et 24 heures. Son nom est inscrit sur le monument aux morts et dans le livre d’or de la commune.

 

Leclère René
Né le 5 septembre 1896 à Bienville, René Leclère est la première victime civile de Choisy-au-Bac. Le livre d’or de la commune rapporte : « A l’arrivée des colonnes ennemies à Choisy-au-Bac, le 31 août 1914, René Leclerc et son frère aîné, Marcel, furent arrêtés par les Allemands. Accusés, bien injustement, d’avoir tiré sur les envahisseurs et sommés d’avouer un crime qu’ils n’avaient pas commis, menacés d’être fusillés, ils furent emmenés le 13 septembre. Le 15, ils sont à Blérancourt (Aisne). Les Allemands, serrés de près par les Français, les abandonnent à Mesmé. Abrités dans une maison, les deux frères passent des heures tragiques sous les feux croisés des Français et des Allemands. Finalement, la position demeure aux mains de l’ennemi. Tirant de la rue, par les fenêtres de la maison où sont réfugiés nos deux compatriotes, des Allemands criblent de balles le corps de René Leclère, tandis que d’autres s’emparent à nouveau de Marcel. Le malheureux reçut des mains de son aîné, une sépulture sommaire (…) ». Son nom est inscrit sur le monument aux morts et dans le livre d’or de la commune.

 

Morel Léon Paul
Né à Compiègne le 15 mars 1862, menuisier de profession. Le livre d’or de la commune de Choisy-au-Bac évoque son parcours : « Appelé pour accomplir son service militaire légal au 46e d’Infanterie, à Compiègne, en novembre 1883, fut successivement affecté au 23e d’Infanterie (avril 1885), au 3e et au 2e Régiments de Zouaves (avril et juillet 1886). Prit part à l’expédition du Tonkin, d’avril 1885 à juillet 1886, et fut maintenu dans l’armée d’occupation du Tonkin et de l’Annam jusqu’en août 1887. Titulaire de la Médaille commémorative de la campagne du Tonkin. Lorsqu’en août 1914 les Allemands en marche sur Paris menaçaient la région, une grande partie de la population civile demeura à Choisy. Elle allait, comme hélas, dans de nombreuses autres communes, être victime de la sauvagerie des troupes ennemies. Pillage, incendie, quarante-cinq maisons brûlées. Dans la nuit du 2 septembre, Morel, en tenant de s’échapper de sa maison en flammes, est abattu par une sentinelle allemande de faction dans la rue. Il expire quelques heures après dans les bras de son fils ».
Le tome 1 des Rapports et procès-verbaux d’enquête de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens (1915) donne une autre version sur les circonstances de son décès : « Un sieur Morel, ouvrier menuisier, étant dans son jardin, a reçu d’un soldat qui passait sur la route un coup de fusil qui l’a atteint à l’aine. Il est mort le lendemain. »
Son nom est inscrit sur le monument aux morts et dans le livre d’or de la commune.

 

Rolin Eugène Noël
16 ans, ouvrier de culture né le 8 octobre 1901 à Reims, réfugié demeurant chez Amédée Justice, son oncle à Choisy-au-Bac, père de la première victime. Il est tué lors du bombardement de Choisy-au-Bac, dans la nuit du 17 au 18 mai 1918 entre 22 et 24 heures. Son nom est inscrit dans le livre d’or de la commune.

 

Troquit Nicolas
Né le 24 août 1841 à Choisy-au-Bac, ancien entrepreneur de maçonnerie. Le livre d’or de Choisy-au-Bac rapporte : « L’absence de témoins ne permet pas de préciser les circonstances dans lesquelles Nicolas Troquit, âgé de 73 ans, fut assassiné par les Allemands, le 2 septembre 1914. Mais il est bien certain qu’aucun acte d’hostilité ne fut commis par ce calme vieillard. Les meurtriers tentèrent, en incendiant l’habitation dans laquelle se trouvait le cadavre, de faire disparaître par le feu les preuves et les traces de leur crime. Les restes de Nicolas Troquit ne furent découverts, sous les ruines de sa maison, qu’en février 1915 ». Son nom est inscrit sur le monument aux morts et dans le livre d’or de la commune.