En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

Beaugies-sous-bois DANS LA GRANDE GUERRE

Beaugies-sous-Bois compte 129 habitants selon le recensement de 1911, nombre qu'elle n'atteindra plus. La commune connaît l'invasion allemande dès le 30 août 1914. Une partie de ses habitants étant demeurée sur place, les hommes en âge de se battre sont faits prisonniers et déportés en Allemagne.
La commune est libérée le 18 mars 1917 suite au repli allemand "Alberich" mais les habitants ont été déplacés, les "bouches inutiles" vers Noyon, les autres à l'arrière des nouvelles lignes. La commune redevient française pendant une année mais demeure en zone avancée sous contrôle militaire strict.
Le 24 mars 1918, trois jours après l'offensive allemande au départ de Saint-Quentin, la commune est de nouveau envahie mais ses habitants ont eu le temps de fuir sur ordre de l'armée française et dans la crainte de vivre une nouvelle occupation. La commune est libérée le 2 septembre 1918.
Au recensement de 1921, la commune ne compte plus que 99 habitants.

 Ferme détruite, juin 1917.
   

Liste des morts civils pour la commune de Beaugies-sous-bois

Douchet Georgette
Tuée par fait de guerre en 1917. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune.

 

Gadiffet Eléonore
Tuée par fait de guerre en 1918. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune.

 
 

Lefèvre Paul
Tué par fait de guerre en 1918. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune.

 

Perrotin Gisèle
17 ans, déportée civile dans le Nord, elle décède à Etroeungt après avoir été écrasée par une automobile conduite par un Allemand le 7 octobre 1918. Virginie Pottier évoque son enterrement dans son journal de guerre. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune

 

Pluche Alexandre
Né le 24 janvier 1861 à Beaugies-sous-Bois, fils d’Alexandre Pluche et de Séraphine Noiret, dispensée du service militaire en tant que fils aîné de veuve puis réformé suite à la perte de l’usage de l’œil droit. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de la commune