En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

Maucourt DANS LA GRANDE GUERRE

Envahie le 30 août 1914, Maucourt subit l’occupation allemande durant trente mois. Les hommes en âge de prendre les armes sont déportés en Allemagne dès les premières semaines de présence allemande, puis, en 1917, la population civile est déportée soit à Noyon, soit dans le Nord de la France.

Le repli Alberich de mars 1917 s’accompagne de la destruction systématique des bâtiments du village notamment du château. La reconquête de la commune par les Français est l’occasion de mettre à l’honneur l’institutrice du village Mme Pellequer, décoré de la Croix de guerre pour avoir assumer sa fonction en plus de celle de maire. Une aide à la reconstruction sera apportée par la marquise de Chabannes.

Le 24 mars 1918, le village passe de nouveau aux mains allemandes et ne sera libéré que le 2 septembre 1918.

 

Liste des morts civils pour la commune de Maucourt

Douchet Georgette
Morte en 1917. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune.

  

Gadiffet Eléonore
Morte en 1918. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune.

Lefèvre Paul
Mort en 1918. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune.

Perrotin Gisèle
17 ans, déportée civile dans le Nord, elle décède à Etroeungt après avoir été écrasée par une automobile conduite par un Allemand le 7 octobre 1918. Virginie Pottier évoque son enterrement dans son journal de guerre. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune et sur celui de Beaugies-sous-Bois.

Pluche Alexandre
Né le 24 janvier 1861 à Beaugies, fils d’Alexandre Pluche et de Séraphine Noiret, dispensée du service militaire en tant que fils aîné de veuve puis réformé suite à la perte de l’usage de l’œil droit. Son nom figure sur le monument aux morts de la commune et sur celui de Beaugies-sous-Bois.