En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

Muirancourt DANS LA GRANDE GUERRE

La commune de Morlincourt connaît l'invasion allemande dès le 30 août 1914. Une partie de ses habitants étant demeurée sur place, les hommes en âge de se battre sont faits prisonniers et déportés en Allemagne.

La commune est libérée le 18 mars 1917 suite au repli allemand "Alberich", mais les habitants ont été déplacés, les "bouches inutiles" vers Noyon, les autres à l'arrière des nouvelles lignes. Le village, quant à lui, est partiellement détruit par les Allemands appliquant la stratégie de la terre brûlée.

La commune redevient française pendant une année mais demeure en zone avancée sous contrôle militaire strict.

La commune est de nouveau envahie en juin 1918 mais ses habitants ont eu le temps de fuir sur ordre d'évacuation de l'armée française et dans la crainte de vivre une nouvelle occupation.

La commune est libérée le 20 août 1918 mais n’est plus que ruines à la suite des bombardements.

 

Liste des morts civils pour la commune de Muirancourt

Bailleux Gabrielle
Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Béranger Alfred Arthur
Né le 21 février 1872 à Muirancourt, fils de Maurice Patrice Béranger et d’Aurore Marie Guffroy, il exerce la profession de cultivateur. Il fait son service militaire du 14 novembre 1893 au 8 novembre 1894 et est renvoyé dans ses foyers avec un certificat de bonne conduite. Noté demeurant à Saint-Quentin en 1905, il accompli ses périodes d’exercices militaires au 54e RI à Compiègne en 1899 et 1902.Rappelé à l’activité par le décret de mobilisation générale, il n’a pas rejoint son régiment. Resté dans les régions envahies en 1914, il est fait prisonnier civil et est emmené en Allemagne où il décède en 1915 (AD60, Rp841). Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Berton Isabelle

Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 


Boulnois Louis Désiré
Né le 30 octobre 1866 à Muirancourt, fils de Théosine Boulnois et Catherine Félicie Grunoy, il exerce la profession de cultivateur. Réformé du service militaire par la commission spéciale du 14 mai 1908 pour bronchite chronique, il a été condamné le 1er avril 1913 à 15 jours de prison avec sursis et 16 francs d’amende par le tribunal de Compiègne pour coups et blessures volontaires. Il ne se présente pas au conseil de révision et est décalé bon absent d’office par décret di 9 septembre 1914. Appelé à l’activité à compter du 27 mai 1915  et mannuant à l’appel, il est déclaré insoumis le 26 décembre 1915. Par application de la circulaire ministérielle du 7 février 1917, il est rayé des contrôles de l’insoumission le 31 mars 1917.
Demeuré en pays envahi, Louis Boulnois a, été fait prisonnier civil par les Allemands, emmené en captivité en Allemagne en février 1917. Noté rapatrié en vertu de l’armistice du 11 novembre 1918, un avis de la mairie du Cateau (Nord) du 22 octobre 1919 adressé à la mairie de Muirancourt le déclare décédé le 27 novembre 1918 (AD60, Rp956). Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.

 

Caron Jules

Son nom est inscrit comme victime civile sur le monument aux morts de la commune.
 

Dufour Marcel
Né à Bonneuil le 16 novembre 1906, noté venant de Muirancourt, il décède le 15 juin 1915 (AD60 Rp1933).