En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

frende

Liste des morts civils pour la commune de Creil

Alexandre M.
On le trouve mort le 3 septembre 1914, au carrefour de la rue Gambetta et de la rue Carnot le crâne défoncé.

 

Brêche M.
44 ans, marchand de vins, tué le 3 septembre 1914. Le tome 1 des Rapports et procès-verbaux d’enquête de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens (1915) relatent les circonstances de son décès : « Les Allemands entrent chez le sieur Brêche, débitant de boissons. Trouvant sans doute qu’il ne les sert pas assez vite, ils l’entraînent dans la cour de la dame Egasse, sa voisine, om un officier, qui l’accuse d’avoir tiré sur des soldats, ordonne, malgré ses dénégations, qu’il soit fusillé sur le champ. Mme Egasse essaye de faire fléchir les bourreaux, mais elle reçoit l’ordre brutal de se retirer. De la chambre où elle s’est rendue, elle entend les détonations et elle vit par la fenêtre le corps de Brêche étendu sur le sol. Quand elle est descendue, elle ne peut s’empêcher d’exprimer le chagrin qu’elle ressent. L’officier lui dit alors : « un homme mort, nous n’y faisons pas attention, on en voit tant ! d’ailleurs, partout où l’on tire sur nous, nous tuons et nous brûlons. »

 

Couture Alice-Mathilde, née Mensy
48 ans, victime d’un bombardement par avion sur Creil, écrasée dans la cave où elle s’était réfugiée avec son mari, sous le poids des décombres.

 

Desjardins Laure
19 ans, réfugiée à Creil, demeurant au 74 faubourg de Senlis, morte le 18 octobre 1918 vers 21 heures de l’émotion provoquée par deux explosions de grenades lancées par deux militaires français rue Plessis-Pommeraye.

 

Gélie
47 ans.

 

Leboeuf M.
Le tome 1 des Rapports et procès-verbaux d’enquête de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens (1915) relatent les circonstances de son décès : «  Un nommé Leboeuf, qui avait été [le] compagnon de captivité [d’Oderner], est mort à Creil, au bout de quelques jours, à la suite d’une blessure reçue en route ».

 

Lérin Jeanne née Crayssac
Selon le Courrier de l’Oise du 7 juillet 1918 : « Femme de M. Lérin, ancien chef de bureau de préfecture, receveur buraliste des contributions indirectes, conseiller municipal de Creil, vient de succomber à Luzarches, des suites d’une maladie occasionnée par le bombardement. »

 

Oderner M.
43 ans. Il est aussi noté sous le nom « Odmer ». Le tome 1 des Rapports et procès-verbaux d’enquête de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens (1915) relatent les circonstances de son décès : « Un jeune homme, nommé Odmer, chargé d’un sac de riz, avait été amené de Liancourt jusqu’à Creil. En arrivant sur la place de l’église, exténué par la fatigue et par les mauvais traitements qu’il a endurés, il se débarrasse de son fardeau et tente de se sauver. Deux soldats l’ajustent et l’abattent. Un nommé Leboeuf, qui avait été son compagnon de captivité, est mort à Creil, au bout de quelques jours, à la suite d’une blessure reçue en route ».

 

Parent
49 ans, rentier. Il est abattu le 3 septembre 1914 rue Victor-Hugo par le tir d’un uhlan tandis qu’il se sauve à leur vue.

 

Zenzinoff Madeleine
Née en 1894, institutrice à l’école communale de Creil, bonne musicienne, tuée lors d’un bombardement de Paris qui crève la voûte et détruit le deuxième pilier de la façade latérale gauche de l’église Saint-Gervais le vendredi saint, 29 mars 1918. Cet obus de 210 tiré par un canon long allemand (le Pariser Kanone) tue 91 personnes et en blesse 68 autres. Un monument élevé dans l’église Saint-Gervais rappelle cette tragédie.